Depuis sa mise en place en Mai 2004, le DIF est souvent mal ou peu connu par les salariés. Nous répondons ci-dessous aux questions les plus posées. N’hésitez pas à nous contacter pour des renseignements complémentaires ou l’accompagnement de votre projet de formation de langues jusqu'à son aboutissement.

Qui a droit au DIF ?

A partir d'un an d'ancienneté dans l'entreprise, tous les salariés en CDI, à temps plein ou partiel, sont éligibles au DIF. Les salariés en CDD à partir de 4 mois d’activité dans l’entreprise.

Est-ce que le salarié peut-il effectuer sa formation durant le temps de travail ?

Non, sauf disposition contraire. Le DIF est réalisé hors du temps de travail.

Le DIF sert-il à développer les compétences du salarié au travail ?

Les formations admissibles en DIF sont fixées par la loi. L'accord de branche ou interprofessionnel définit des actions prioritaires (mieux financées) qui sont dans une logique d’améliorer sa qualification, entretenir ou perfectionner ses connaissances, ou acquérir un diplôme. La formation d’anglais est souvent prioritaire quand elle est directement ou indirectement liée à son métier.

Peut-on bénéficier d’une formation DIF qui n’est pas liée avec son métier ?

La loi n’interdit pas la formation sans rapport avec son métier. Mais une telle formation sera probablement considérée comme « non prioritaire », alors moins bien financée.

Comment calculer ses droits au DIF ?

Chaque année, le salarié accumule 20 heures de formation minimum, et ceci jusqu'à une période de six ans. Si le salarié ne se sert pas de son droit de formation, les autres années qui dépassent le délai de 6 ans seront perdues. De ce fait, l’intérêt du salarié de participer à une formation en 2009 afin de ne pas perdre une partie de ses droits.

Qui initié le DIF ? L’entreprise peut-elle imposer son choix de formation ?

Soit l’employeur propose au salarié une formation dans le cadre DIF – il peut l’accepter ou refuser. Soit le salarié propose une formation en DIF à son entreprise accompagnée d’un devis et un programme de formation. L’entreprise peut refuser une telle demande du salarié 2 années consécutives, mais à la demande de la 3ème année, la formation pourrait être financée en CIF (Congé individuel de formation) auprès de l'Organisme paritaire collecteur agréé dont relève l'entreprise.